DESSIN

SCULPTURE / INSTALLATION


PHOTOGRAPHIE



DÉMARCHE

Je joue avec le corps, avec la perception.

Plus précisément, j'essaie d'explorer le territoire de la perception de notre corps.

 

Mon champ d'investigations et d'expérimentations s'articule autour de la différence. Quelle sont les caractéristiques, les schémas qui la définissent ? Pourquoi crée-t-elle des barrières imaginaires ? En quoi effraie-t-elle ?

 

À travers chacun de mes travaux apparaît toujours le même paradoxe : celui de l’ajout qui soustrait.

Je crée des extensions du corps, des compléments, qui ôtent quelque chose : la liberté de mouvement, les repères usuels des proportions humaines. J'invente des hybrides, modifie les échelles et les rapports, tout en jouant toujours sur une double lecture de l'image, de l'objet.

 

Le retour au corps sans recours au corps.

Le corps peut parfois être absent physiquement, pourtant il se ressent dans la forme et dans le choix des matériaux qui renvoient directement à lui.

Un lien évident existe avec l’univers médical, dont je me sens particulièrement et spécifiquement proche. Je ressens le besoin de contraindre le corps, de l'emprisonner dans un carcan. J’accomplis une sorte de thérapie personnelle en malmenant le corps au travers d’outils, de matériaux liés aux techniques de la chirurgie, de la contention physique. Un moyen de rendre explicite les dégradations qui sont habituellement hors de portée du regard. 

 

 

 

 

 

La notion du regard est omniprésente. Ou plutôt : comment apparaît ce qui est offert à la vue ? Voir se vit, s'expérimente pour tenter d'en percevoir tous les mécanismes et tous les réflexes. Et c'est au coeur de la vision que réside la première différence.

 

La plupart des idées donne lieu à la production d'une minisérie. Il est très rare que je conçoive une pièce unique. Il semblerait que la pluralité des créations me permette d'explorer au maximum mon concept, de le définir et le circonscrire de mieux de mieux au fur et à mesure de l'avancée du travail.

De même, j'aime avoir le choix de la technique pour mettre en oeuvre un projet. Chaque travail sera réalisé au moyen du médium qui sera le plus adéquat pour restituer l'exactitude de l'idée initiale.

 

Il est aussi souvent question de hasard, de fiction : des formes sont inventées, des objets véhiculant une idée, porteurs d’une possible fonction. Pourtant, ces derniers ne sont jamais conçus dans le but d’être employés en tant que véritables outils, leur utilité reste de l’ordre de l’hypothèse, comment si leur mise en pratique se servirait qu’à leur ôter leur caractère poétique. Ces objets suffisent à poser une question élémentaire : et si ?